top of page
  • Photo du rédacteurNEW KG

Sabrina Bellaouel présente son nouveau single 'Nasser'


SABRINA BELLAOUEL


Nouveau single 'Nasser'


Disponible 

- InFiné -



Par sa discrétion, Sabrina Bellaouel pourrait donner l’impression d’avoir sorti peu de projets ces dernières années. À tort : il y a d'abord eu un EP en 2016 (produit par Myth Syzer, Loubenski et Rahman), puis Illusions en 2018, qui entendait marier l'immédiateté séductrice du R&B avec l'onirisme d'une musique élevée en apesanteur, dans la contemplation nécessaire à ces mélodies qui ravivent les souvenirs mais s'interdisent toute forme de nostalgie. Il y a également eu tous ces duos entamés avec différents esthètes de la scène parisienne, de The Hop à Jazzy Bazz, en passant par Lonely Band ou Bonnie Banane.


Car, Sabrina Bellaouel, c’est avant tout une certaine aisance à se situer dans un fascinant entre-deux : entre une éducation musicale qui doit autant au gospel, qu’elle a appris à l’adolescence à l’aide d’un professeur débarqué de l’Alabama, qu’au punk, entre la spiritualité et la réalité, entre le charme sensuel de sa voix et le jeu de (dé)construction entamé sur ses productions électroniques, dont les détails et les trouvailles se révèlent au fur et à mesure des écoutes, entre ses textes et ses mélodies directement connectées aux villes qu’elles arpentent en quête de nouvelles inspirations. Avoir récemment partagé son temps entre Paris, Rotterdam, Londres et le Maghreb a donné une certaine couleur à ses nouvelles compositions.


À l'occasion de la sortie de son prochain EP  'We Don't Have To Be Enemies', elle dévoile ce premier single, 'Nasser', qui amorce ce sens de l’équilibre, sillon d’une musique électronique teintée d’inflexions expérimentales, à mi-chemin entre Steve Reich et Deena Abdelwahed, une musique de lutte, où chaque composition s’intéresse à des questions liées au sexe, au genre, aux sociétés ou à l’identité. 




Phunk

50 vues0 commentaire

Comments


bottom of page